Reprise des ventes de boissons en CHR en 2017

Publié le 21/03/2018 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

conjoncture-licences4

« Après une année 2016 en demi-teinte, le marché des boissons (hors vins) distribuées en C.H.R progresse aussi bien en volume (+1.1%) qu'en chiffre d'affaires (+1.9%) en 2017 » indique l'institut Nielsen, dans son étude sur les tendances des ventes dans le réseau hors domicile 2017. « Avec une croissance en 2017 de +6.9% (source INSEE) du nombre de nuitées, le tourisme a repris dans l'hexagone : c'est en effet la plus forte progression depuis 2011. Cette fréquentation accrue par rapport à 2016, tant de touristes nationaux qu'étrangers, a favorisé la consommation de boissons en C.H.R. De plus, les températures chaudes, voire caniculaires en juin, ont également été favorables au marché. » Les eaux ont ainsi fait un bond de + 2,5 %. Les bières ont aussi été boostées avec une progression de + 1,6%, mais la météo n'est pas l'unique facteur. A l'intérieur des bières, le segment des spécialités est en forte croissance : + 9,3%.  « En effet, l'offre de bières est en plein développement autour de promesses régionales et même locales. A contrario, les autres types de bières moins valorisés, sont en baisse à nouveau en 2017. » Les spiritueux (+1,1%) sont tirés par les « rhums et les gins poursuivent leur ascension fulgurante tant en volume (+10.9% et +17.6% respectivement ) qu'en chiffre d'affaires (+11.8% et +18.7%). Les whiskies sont en difficulté (-4.0%), et le recul des blends (-6.4%) face à l'avancée des malts (+2.8%) confirme la tendance globale des consommateurs à rechercher plus de qualité dans leur consommation. » Si les anisés et les vodkas sont en négatifs (respectivement – 5,5% et -1,1%), les amers retrouvent grâce aux yeux des consommateurs (+15,1%) sans doute grâce au développement des cocktails. 

Trop de sucre ne fait plus recette

« Les boissons rafraîchissantes sans alcool n'ont pas bénéficié de ce contexte de reprise et affichent un recul des volumes distribués (-1.0%), constate cependant l'institut Nielsen. Cette tendance s'explique par la baisse des ventes des boissons à saveur sucrée prononcée (colas, limonades, jus de fruits) qui constituent pour autant une part importante des ventes de la catégorie. A l'inverse, les sirops et concentrés (+9.2%), les boissons au thé (+5.2%) et les tonics (+1.0%) qui sont des options plus désaltérantes ou entrant dans la composition des cocktails, marquent quant à elles de belles progressions. Les limes et les boissons énergétiques parviennent également à l'équilibre avec des gains volumes respectivement de +1.2% et +0.8%. »