Un mois de mai en demi-teinte pour l'hôtellerie française ? Baromètre Deloitte-In Extenso

Publié le 06/07/2017 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

conjoncture-licences4

Si les performances sont plus mitigées qu'en avril, avec de nombreux jours fériés qui ont limité les déplacements d'affaires sans que la clientèle de loisirs prenne suffisamment le relais, les résultats restent en progression sur l'ensemble des catégories dans l'Hexagone depuis le début de l'année.

D'après les résultats du baromètre Deloitte-In Extenso pour le mois de mai, la reprise se confirme pour l'hôtellerie en Île-de-France. L'industrie hôtelière manifeste de réels signes d'amélioration depuis le début de l'année, avec une fréquentation en hausse et des prix moyens qui se stabilisent. Toutefois, il n'est pas possible d'évaluer dans combien de temps les niveaux de performances atteindront ceux de 2013-2014, notamment en terme de recette moyenne par chambre louée. En données cumulées de janvier à mai, et en comparaison à 2014, les évolutions des chiffres d'affaires hébergement à Paris intra-muros sont toujours en retrait (- 1 % sur le haut de gamme, - 7 % sur l'économique et milieu de gamme, et - 9 % sur le luxe).

La clientèle internationale est de retour

Depuis deux mois, le retour significatif de la clientèle de loisirs internationale se fait sentir. Le segment d'affaires est également dynamique sur le deuxième trimestre, malgré les multiples ponts et jours fériés. Seule la catégorie luxe a enregistré des performances en retrait en mai (taux d'occupation et prix moyen), quand les autres segments sont en progression. Les catégories économique et milieu de gamme affichent de très bons taux d'occupation, dépassant la barre des 80 % en mai, proches des 80 % en cumul depuis le début de l'année.

Le bilan est moins positif pour la Côte d'Azur. Tous les indicateurs sont en retrait sur l'ensemble des catégories en mai, excepté le prix moyen sur le segment luxe. Les RevPAR sont en recul de 6 % sur l'hôtellerie milieu de gamme à - 13 % sur le segment super économique. Les nombreux événements du calendrier (Grand Prix de Monaco, Festival de Cannes) n'ont pas fait la différence, permettant simplement la bonne tenue des prix moyens.

En régions, l'hôtellerie d'entrée de gamme affiche des RevPAR en repli (- 3 % sur la catégorie économique et - 4 % sur l'hôtellerie super économique), s'inscrivant dans une tendance généralisée à l'échelle du territoire. En revanche, et contrairement à l'Île-de-France et à la Côte d'Azur, les catégories supérieures enregistrent des RevPAR en progression. Les bonnes performances en régions de la catégorie luxe permettent de limiter la baisse du RevPAR au niveau national.



 

Données mensuelles mai

    Luxe  Haut de gamme  Milieu de gamme  Économique  Super économique 
TO 2017  65 % 72 % 70 % 70 % 64 %
Var. /n.1  - 2 % - 1 % 0 % - 1,5 % - 4%
RMC 2017  594 € 218 € 108 € 65 € 41 €
Var. /n.1  2 % 0 % - 1 % - 0,5 % 0 %
RevPAR 2017  387 € 157 € 76 € 45 € 26 €
Var. /n.1  0 % - 1 % - 1 % - 2 % - 4 %

TO : taux d'occupation
RMC : recette moyenne par chambre louée
RevPAR : revenu moyen par chambre disponible


www.inextenso-tch.com