Menace sur le coût des extras dans les cafés, hôtels, restaurants,

Publié le 11/01/2013 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionel-licence 4Dans le cadre des négociations sur la flexibilité du travail, les syndicats de salariés et les organisations interprofessionnelles d'employeurs, CGPME et Medef en tête, devront trouver un accord sur la taxation ou non des contrats à durée déterminée (CDD).

Cette taxation qui devrait concerner plus particulièrement les CDD d'extras inquiète les restaurateurs, les hôteliers, cafetiers ainsi que les traiteurs organisateurs de réceptions dont l'activité impose leur embauche. 

« Des extras, comme il est d'usage de les appeler dans la profession sont embauchés à la vacation pour une durée d'une journée ». indique Didier Chenet, président du Synhorcat. » 

Président du Synhorcat, qui tient à préciser que ces extras sont le plus souvent des professionnels qui ont choisi ce rythme de travail par goût pour la diversité des missions ou par attrait pour une rémunération intéressante voire complémentaire. Ces sont les évènements exceptionnels qui s'ajoutent à l'activité normale du secteur qui imposent l'embauche de ces extras : anniversaires, banquets, cocktails….

« Avec la crise, les soirées événementielles, les cérémonies protocolaires et autres fêtes se raréfient. En taxant ces contrats, qui nous sont indispensables, les partenaires sociaux nous contraindraient à augmenter nos prix au risque de perdre de nouveaux clients. 

J'en appelle à la vigilance des partenaires sociaux pour qu'ils épargnent nos extras et ne fassent pas d'eux de nouveaux chômeurs » déclare très inquiet Didier Chenet qui prédit que « La taxation des extras fragiliserait l'emploi dans ce secteur d'activité qui, rappelons le, reste encore le 1er recruteur de France dont la majorité des salariés sont en contrat à durée indéterminé. »

 

  Actualités 2013