Vinexpo Bordeaux : le mode de consommation de vin évolue

Publié le 25/06/2013 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

                           vinexpo-licence 4Bordeaux(33) L'événement qui s'est déroulé du 16 au 20 juin a rencontré un franc succès avec près de 50 000 visiteurs. Une étude annuelle CHD Expert cofinancée par FranceAgriMer et le témoignage de négociants recueillis sur le salon nous éclairent sur la question de la vente de vins dans les restaurants.

La grande étude nationale 2012 café, hôtels, restaurants de CHD Expert ne sera livrée que dans quelques mois, mais elle a été dépouillée. Animateur de deux conférences lors de Vinexpo - le plus grand salon professionnel du vin à Bordeaux qui a eu lieu du 16 au 20 juin - Philippe Janvier, de l'Unité Cultures et Filières spécialisées de FranceAgrimer dévoile les premiers résultats : "Sur la vente de vins en restauration, il n'y a pas de modifications notables par rapport à l'enquête 2011."Laquelle avait enregistré une baisse de 1,2 % en moyenne, contre 2,3 % en 2010, loin des - 3,3 % observés en 2009 ! Il précise : "Les 2/3 des professionnels interrogés notent une stabilité de leurs ventes de vin d'une année sur l'autre." Bordeaux reste l'origine la plus proposée, suivie de la Vallée du Rhône et la Provence.

Vin au verre

Le vin au verre apparaît comme une offre incontournable, adopté par 96 % des restaurants, soit un bond de 7 points par rapport à 2010. Réponse à la baisse des budgets repas ou bien évolution des comportements ? Le créneau est de plus en plus travaillé. Nicolas Petiot, responsable marketing pour Castel Restauration note que "le vin au verre a permis d'améliorer la qualité de la consommation. On va dans ce sens avec des produits comme le Bib de 2 litres, sur les châteaux Malbec, Mirefleurs et Goëlane".

Plus que tout, le client recherche le prix. Henri L'Huillier, directeur commercial France de Sobovi (1 500 références), fournisseur privilégié de grands chefs, observe que "les premiers crus classés et happés par le marché chinois depuis 2008 sont devenus quasiment inaccessibles pour les restaurateurs. Mais ceci a permis de mettre en lumière de très beaux crus, entre 12 et 50 € hors taxe la bouteille. On vend beaucoup de seconds vins et de crus bourgeois".

 

  Actualités 2013