Baromètre Deloitte - In Extenso : éclaircie au mois de mai pour l'hôtellerie française

Publié le 03/07/2013 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

conjoncture-licence 4Les nombreux ponts se sont concentrés au début du mois, favorisant les déplacements des clientèles d'affaires et de loisirs. Les recettes hébergement progressent ainsi sur toutes les catégories.

Après un début d'année difficile, l'hôtellerie française retrouve quelques couleurs en mai. Les nombreux ponts, qui avaient fortement pénalisé la clientèle d'affaires en 2012, se sont concentrés sur le début du mois cette année. L'avantage a été double : la clientèle d'affaires a pu plus facilement se déplacer pour le travail en fin de mois alors que la clientèle loisirs a elle profité d'un véritable tunnel pour partir quelques jours. Les recettes hébergement progressent ainsi sur toutes les catégories avec toutefois des résultats contrastés selon les territoires.

À Paris, le prix moyen est le moteur de la croissance. Il permet aux hôteliers d'enregistrer une progression de RevPAR comprise entre 4 % et 5 %. Grâce à ce léger rebond, les performances cumulées passent au vert pour la majorité des catégories. Seuls les indicateurs de l'hôtellerie haut de gamme standard restent négatifs avec un RevPAR en recul de plus de 3 % en moyenne de janvier à mai. En Île-de-France, les hôtels affichent une tendance inverse à Paris intramuros. La fréquentation tire les recettes hébergement. Quant aux prix moyens, s'ils stagnent sur le marché économique, ils sont en léger recul sur le milieu de gamme.

 

Bilan contrasté d'une destination à l'autre

En région, la plupart des catégories demeurent stables par rapport à l'année passée. Les hôtels de grand luxe se démarquent et enregistrent une fréquentation particulièrement dynamique : + 9 % par rapport à 2012. Les établissements du segment économique, davantage orientés vers une clientèle affaires, ont également profité de la concentration des ponts au début du mois, contrairement à 2012.

L'hôtellerie de grand luxe de la Côte d'Azur affiche de belles progressions du chiffre d'affaires hébergement, notamment grâce au Festival de Cannes. Pour les autres catégories, le bilan est plus mitigé. La météo a été globalement maussade et a pénalisé de nombreux hôtels. Nice fait figure d'exception avec une fréquentation en progression sur l'ensemble des catégories.

D'une destination à l'autre, le bilan du mois de mai est contrasté. Avignon, Biarritz et Reims affichent, par exemple, des progressions appréciables. C'est aussi le cas de l'hôtellerie nantaise qui a bénéficié d'un planning congrès dense et de l'organisation de l'une des demi-finales du TOP 14 de rugby. Autre point à noter : l'analyse détaillée de chaque segment fait ressortir une forte hétérogénéité des performances au sein d'une même destination. 

 


Données mensuelles, mai 2013

 


 

 
 

Grand luxe

 

Haut de gamme

 

Milieu de gamme

 

Économique

 

Super-économique

 

TO 2013

 

 73,1 %

 

73,2 %

 

70,6 %

 

70,2 %

 

68,1 %

 

Var. /n-1

 

 6,3 %

 

 0,5 %

 

2,2 %

 

5,6 %

 

0,2 %

 

RMC 2013

 

 484 €

 

 212 €

 

104 €

 

64 €

 

41 €

 

Var. /n-1

 

 0,2 %

 

 3,5 %

 

0,3 %

 

- 1,2 %

 

2,2 %

 

RevPAR 2013

 

 353 €

 

 155 €

 

73 €

 

45 €

 

28 €

 

Var. /n-1

 

 6,5 %

 

 3,9%

 

2,5%

 

4,3 %

 

2,4 %

 


 

  Actualités 2013