Didier Le Calvez prendra en octobre la présidence d'Umih Prestige

Publié le 22/07/2013 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

actualites-licences 4

Lundi 15 juillet, l'Umih annonçait officiellement la création d'une section Prestige. La structure, qui sera mise en place à la rentrée, sera emmenée par Didier Le Calvez, président directeur général du palace parisien, le Bristol.

Si, rue d'Anjou, on ne parle pas de branche mais de syndicat associé, il n'en demeure pas moins que la structure annoncée portera de nom d'Umih Prestige et qu'elle aura pour vocation de « fédérer les établissements de prestige et participer à leur défense et à leur promotion auprès des institutionnels, des décideurs et des médias ». Une nouvelle force de frappe pour l'Umih, dont les manettes reviendront à Didier Le Calvez.  C'est un « homme de défi, qui connaît parfaitement l'hôtellerie  de luxe et qui a les capacités à rassembler » résume le président confédéral de l'Umih, Roland Héguy. Président directeur général du Bristol, à Paris, depuis 2010, Didier Le Calvez a été à la tête des plus grands hôtels de planète du Pierre à New-York en passant par le Regent à Singapour. Un itinéraire hors du commun débuté il y a 40 ans à la sortie de l'école hôtelière de Saint-Nazaire.  En 1995, il est élu Directeur de l'année par le magazine américain 'Entrée '. Sous sa direction, le Four Seasons George V est désigné sept années consécutives Meilleur Hôtel du Monde par Andrew Harper's Hideaway Report. En 2006, les Hospitality Awards lui décernent le titre de Meilleur directeur d'hôtel du monde. Entre autres. Aujourd'hui, sa nomination à la présidence d'Umih Prestige vient confirmer sa volonté de défendre les « valeurs hôtelières ». En 2007, celui-ci avait déjà mis son expertise au service de la profession. Il s'était notamment impliqué dans le débat des normes 5 étoiles et palace. Si l'hôtellerie française bénéficie d'une meilleure lisibilité désormais « nous nous sommes faits collectivement piégés par l'accessibilité » estime Didier Le Calvez. « Nous sommes également dans une crise économique importante. Nous sommes un des rares secteurs porteur d'emplois et de croissance. En France, le tourisme a toujours été sous-estimé. Nous devons nous montrer réalistes, nous sommes en train de nous faire rattraper par d'autres pays. Les enjeux sont multiples. Si nous voulons peser, nous devons nous rassembler et mettre toutes nos forces au service d'une fédération ayant la puissance de feu nécessaire. Quant on reprend tout ce qui a été dit sur la baisse de la TVA par les médias, on voit bien qu'il y a une totale méconnaissance du monde de l'entreprise. La profession doit parler d'une seule voix pour se faire entendre et reconnaître. » Autour de cet emblématique directeur d'hôtels, plusieurs dirigeants se sont d'ores et déjà mobilisés dans la construction d'Umih Prestige. Jean-Louis Leimbacher, L'Hôtel du Palais à Biarritz, Luca Allegri, SBM Monaco et Philippe Perd, de l'Hôtel Eden Roc, au Cap d'Antibes.  La structure sera effective après son adoption définitive par le conseil d'administration de l'Umih, prévu début octobre. « Il nous manquait cette représentation au sein de notre fédération, termine Roland Héguy. Sa création vient  conforter la place et le poids de l'Umih. Elle montre également notre capacité à rallier dans un mouvement dynamique les différents acteurs du secteur. »

 

  Actualités 2013