La CPIH et l'Apiih annoncent à terme un syndicat unique dédié aux indépendants

Publié le 18/09/2013 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionnelle-licence 4

Le syndicat de la rue Barye et l'organisation créée dans l'Ouest en 2010 ont officialisé leur rapprochement. Ils se sont donnés un an pour réussir cette fusion.

Les « fiançailles » sont officielles depuis hier, lundi 16 septembre, entre la Confédération des professionnels indépendants de l'hôtellerie (CPIH) et l'Association des professionnels indépendants de l'industrie hôtelière, créée début 2010 à l'initiative de Philippe Quintana. « L'Apiih est née sur un champ de ruines, après le pathétique congrès professionnel de Nantes en 2009. Il a été mis en place par des professionnels désireux de revisiter le syndicalisme patronal et d'apporter leur pierre à la construction d'outils au service des professionnels indépendants » résume son dirigeant. Aujourd'hui, ce sont les remous économiques, la montée de la fiscalité et de nouveau les « discours discordants » qui amènent l'organisation à un passer au cap supérieur. « Ce ne sont pas des personnalités que nous mettons en avant mais nos adhérents. Ce sont des fiançailles qui aboutiront à terme à une fusion avec l'objectif plus large de montrer la voie à une vraie fédération qui réunirait tous les acteurs indépendants. » Si Philippe Quintana a annoncé sa volonté de quitter le syndicalisme au terme de cette union, c'est-à-dire dans un an, celui-ci a précisé qu'il mettrait toute son énergie au service de ce rapprochement qu'il estime nécessaire à la survie des professionnels qu'il représente. « Nous sommes des chefs d'entreprise en exercice, confrontés tous les jours à la réalité du terrain » ajoute de son côté Gérard Guy, président national de la CPIH, pour qui « l'essor d'un syndicat unique dédié aux indépendants, partageant les mêmes intérêts et valeurs est nécessaire face aux pouvoirs publics ». L'association qui va être mise en place passe par une réécriture des statuts et une mutualisation des moyens. Gérard Guy penche pour une réorganisation qui aboutirait à une redistribution par région, mais rien n'est encore arrêté. En revanche, des axes de travaux de concert sont d'ores et déjà sur la table. Les deux structures plaident pour « la transparence dans l'assiette. Ce qui est important, c'est que le consommateur sache ce qu'on lui sert. Nous sommes pour un marquage clair et obligatoire sur les cartes des restaurants. Le client doit savoir si c'est du frais, du surgelé, un plat réalisé avec des produits industriels, etc. ». Les deux hommes se disent également attaché à la prime TVA, même si celle-ci doit changer de nom. Un autre chantier concerne plus particulièrement les bars, avec l'intégration des terrasses dans le fond de commerce et l'uniformisation des horaires de fermeture des établissements. Concernant les hôtels, le travail amorcé avec Réservation en Direct (démarche coopérative) et FairBooking doit être poursuivi et amplifié.

 

  Actualités 2013