Roland Héguy à Cannes : "c'est une profession en colère qui s'exprime"

Publié le 27/11/2013 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

vie-licences4

 Le 61ème congrès de l'Umih s'est ouvert mardi matin à Cannes. L'Umih rappelle la place majeure des CHRD dans le tourisme et réclame une nouvelle fois un ajournement de la hausse de TVA.

Les bretons, emmenés par le morbihannais et président des Restaurateurs de France, Jean-François Serazin ont coiffé le bonnet rouge et entonné le Chant des partisans… « La liberté guide nos pas. Et du nord au midi, la trompette guerrière a sonné l'heure des combats… ». Peu avant, le président du palais des festivals et des congrès de Cannes et maire adjoint, David Lisnard, petit-fils d'hôtelier-restaurateur, s'était élevé contre les bureaucrates qui « plombent la vie » des entreprises. Cannes, « capitale française des métiers de l'hôtellerie, marque mondiale des métiers du tourisme», dont 50% des emplois dépendent de l'accueil, n'aurait pas conquis sa notoriété internationale sans ses hôtels, ses restaurants, ses cafés. Un hommage aussi au travail effectué par Michel Chevillon, président de l'Umih 06 Cannes et organisateur du congrès 2013 de l'Umih. Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Nice Côte-d'Azur, Bernard Kleynhoff, affiche un soutien tout aussi appuyé à l'égard de la profession. La solidarité des « acteurs du tourisme » est bel et bien au rendez-vous. Dans son discours d'ouverture, le président confédéral de l'Umih, Roland Héguy, dénonce : « l'appétit fiscal » de l'Etat « qui vit au jour le jour. (…) Et pendant ce temps, la France s'enfonce dans la crise ». Trop d'impôts tuent l'impôt dit l'adage. L'Umih n'a cesse de s'insurger contre le « matraquage fiscal » qui « s'abat » sur les TPE et les PME. Si l'augmentation de la TVA était effectivement prévue, l'absence de trésorerie, les hausses des matières premières, la chute du pouvoir d'achat des français, la crispation économique, l'insécurité fiscale ont changé la donne. Si la rue d'Anjou a rejoint le combat de l'UPA, c'est en parfaite connaissance cause.  La TVA « n'est que la partie émergée de l'iceberg des prélèvements obligatoire. (…) Dans tous les secteurs, nous voyons monter le mécontentement et le désespoir. »  Un SOS est lancé. Sera-t-il entendu ? Roland Héguy réitère une demande partagée par les autres secteurs d'activités concernés : face à la « dégradation de l'économie », l'Umih réclame une nouvelle fois officiellement l'ajournement de la hausse du taux alors que le premier ministre a d'ores et déjà rejeté le principe. Roland Héguy en appelle cependant au « courage politique ». Dans la balance, la sauvegarde des entreprises et de l'emploi. « A Cannes, c'est une profession en colère qui s'exprime » ajoute-t-il avec véhémence. La ministre du tourisme, Sylvia Pinel est attendue jeudi matin. Les congressistes veulent  « des réponses et de l'espoir ». D'ici là, l'Umih entend bien affuter ses armes : Ensemble, plus forts, tel est le fil conducteur de première plénière des travaux.

 

  Actualités 2013