La bataille du déjeuner

Publié le 07/04/2014 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

conjoncture-licences4

Restaurant, sandwich, repas à domicile ou cantine d'entreprise, les possibilités pour déjeuner ne manquent pas. Une étude Audirep pour le cabinet Simon-Kucher&Partners dresse un état des lieux de cette « bataille du déjeuner ».

Interrogés sur leurs habitudes à l'heure du déjeuner (du lundi au vendredi), les Français consomment 9 % de leurs repas à l'extérieur « à emporter », et 7 % « au restaurant ». Face aux 43 % de repas pris à domicile, aux 24 % de repas préparés à l'avance et apportés au bureau et aux 15 % pris en cantine d'entreprise, on constate que l'enjeu est de taille pour les acteurs de cette restauration « à l'extérieur », ou plutôt d'une taille restreinte qu'il faut savoir bien exploiter. On comprend mieux, dans ce contexte, que la fidélisation client soit capitale.

L'étude s'est concentrée sur la restauration dite rapide, et plus spécifiquement sur quelques grandes enseignes de sandwicheries et de fast-food. Des enseignes qui ont elles-mêmes quelques concurrents non négligeables, puisque leurs clients fréquentent également la restauration traditionnelle, pour 37 % d'entre eux, la restauration asiatique (21 %) et les kebabs (25 %), ainsi bien sûr que la boulangerie chère aux Français qui reste l'une des alternatives favorites avec 39 % de répondants. C'est de la grande distribution que vient la surprise : avec 35 % des clients des enseignes de restauration rapide qui y trouvent régulièrement leur déjeuner, elle se place approximativement au même niveau que la boulangerie et la restauration traditionnelle, les grands classiques français. 

Un budget strict pour des clients attentifs à leurs dépenses.

Restauration assise ou restauration rapide, les Français surveillent de près leurs dépenses. Ils connaissent parfaitement leur budget moyen en restauration à emporter pour 94 % des personnes interrogées et en restauration assise pour 99 % des répondants. Budgets moyens respectivement de 7,50 € et 15,6 €. On constate également qu'environ 1/5e des clients de la restauration à emporter dépense moins de 5 € par repas, tandis que le même pourcentage (21 %) des clients de la restauration assise consacre entre 20 et 30 € à leur déjeuner, 5% dépassant les 30 €.

Interrogés spécifiquement sur le prix psychologique « acceptable » d'une formule de restauration rapide (sandwich + boisson + dessert), les Français oscillent entre 6,3 € pour les enseignes de fast-food (McDonald's, Quick et KFC) et 6,5 € pour les enseignes de sandwicherie (Paul, Brioche Dorée, la Mie Câline et Subway).

Trois mois après le changement du taux de TVA au 1er janvier, ils sont 45 % à avoir perçu une hausse des prix. Si c'est donc moins d'1 Français sur 2, on note néanmoins que la hausse moyenne des prix est estimée à 4 %, soit une hausse supérieure à la hausse réelle de la TVA

 

(Source : La bataille du déjeuner dans la restauration rapide – étude Audirep pour Simon-Kucher&Partners sur un échantillon de 1071 personnes représentatif de la population française – mars 2014)

 

  Actualités 2014