Les organisations professionnelles inquiètes sur la place du tourisme après le remaniement ministériel

Publié le 14/04/2014 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionnel-licences4Après l'annonce de la liste définitive du nouveau gouvernement, la profession reste sur sa faim. La nomination de Fleur Pellerin, désormais Secrétaire d'Etat en charge du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français à l'étranger, est une bonne chose aux yeux du secteur mais l'absence d'un ministère du tourisme inquiète. « Oui, la promotion du tourisme est indispensable et nous la réclamions depuis longtemps. La France doit retrouver son attractivité touristique face à une concurrence internationale accrue. Mais l'économie liée au tourisme qui représente 135 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 7% du PIB, 2,2 millions d'emplois « non-délocalisables » ne peut se réduire uniquement à la promotion de la France à l'étranger.  L'activité des professionnels cafetiers, hôteliers, restaurateurs et des établissements de nuit -qui représentent 60% de l'économie touristique – est liée aux arrivées internationales, mais également et surtout à la consommation domestique. Il ne faudrait pas l'oublier. Le tourisme, c'est un levier de croissance et un secteur fortement pourvoyeur d'emplois. Ce sont des centaines de milliers d'entreprises « Made in France » qui jouent un rôle déterminant pour l'aménagement du territoire et pour le maintien du lien social » a souligné Roland Héguy, président confédéral de l'Umih. Que va-t-il advenir des Assises du tourisme lancées par Sylvia Pinel ? La profession s'interroge. Didier Chenet, président du Synhrocat et Claude Daumas, président de la Fagith, réunis sous la bannière du Groupement national des indépendants, se sont également exprimés après le remaniement dans un communiqué commun : « Espérons, écrivent-ils, que la nouvelle Secrétaire d'Etat au Commerce Extérieur en charge de la promotion du Tourisme, Fleur Pellerin aura à coeur de mener à termes le processus engagé et prendre les dispositifs législatifs et réglementaires indispensables à la concrétisation des propositions faites par le GNI et l'ensemble des acteurs du tourisme. Si l'exigence de « vendre » la destination France à l'étranger justifie un rattachement au Ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, nous restons inquiets quant aux disponibilités qu'il restera à la Ministre pour traiter des dossiers de nos professionnels en France, alors même qu'elle devra s'occuper du commerce extérieur et des Affaires Européennes.   Fleur Pellerin, en raison de son expérience d'ex Ministre déléguée en charge du numérique sera, nous l'espérons la personne idoine pour défendre auprès d'Arnaud Montebourg, Ministre de l'Economie, du Redressement productif et du Numérique et de Madame Axelle Lemaire, Secrétaire d'Etat au numérique,  le travail de moralisation d'internet dans le secteur du tourisme,  mettre un terme aux pratiques illicites et abusives des OTA'S, ces agences de réservation en ligne et encadrer les sites d'opinion. A la clef, la capacité des professionnels à reprendre en main la commercialisation de leurs chambres et tables pour des meilleurs tarifs à la clientèle et des rentrées fiscales pour l'Etat »

 

  Actualités 2014