Pour devenir un levier de croissance, le tourisme va devoir concilier des intérêts divergents

Publié le 08/07/2014 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionnel-licences4

Les 3èmes rencontres parlementaires sur le tourisme avaient pour thème : Et si le redressement de la France passait par le tourisme ? La réponse est oui mais il va falloir construire avec des acteurs dont les intérêts sont parfois très différents.

Et si le redressement passait par le tourisme ? Tel était le thème des 3èmes rencontres parlementaires sur le tourisme* qui se sont déroulées le 1er juillet à la Maison de la Chimie, sous la présidence de Daniel Fasquelle, député UMP du Pas-de-Calais et maire du Touquet-Paris-Plage (62) et de Pascale Got, députée PS de Gironde (33) et présidente du groupe d'études sur le Tourisme à l'Assemblée nationale. S'il paraît aujourd'hui évident que le tourisme est « une industrie d'avenir pour la France » une mise en cohérence des actions et de l'offre s'impose. Une meilleure connaissance des acteurs et de leurs difficultés également. Christian Mantei, directeur général d'Atout France, a même plaidé pour les plus petites entreprises.  Pour comprendre, « il faudrait passer une journée dans plusieurs établissements, lire les bilans ». Comme l'a rappelé Carole Delga, secrétaire d'Etat chargée du commerce, de l'artisanat, de la consommation et de l'économie sociale et solidaire, l'installation d'un comité stratégique du tourisme doit permettre d'instaurer, sur la durée, un dialogue constructif. Mais le chemin est parsemé d'embûches.  A peine les Assises du tourisme terminées que des parlementaires veulent lever de nouvelles taxes auprès de l'hôtellerie alors que la mission sur la fiscalité des hébergements marchands est toujours en cours. Le sujet a été abordé dès le début des rencontres et a donné lieu à un coup de gueule des organisations patronales de l'hôtellerie et de la restauration qui ont réclamé le retrait des amendements et ont quitté la salle. Peu après, c'était au tour du président des Gîtes de France de s'élever contre le montant de la taxe de séjour que ses membres acquittent…  Les débats, forts intéressants, ont ensuite repris l'ordre du jour, évoquant le numérique, les normes touristiques,  les retombées du tourisme urbain, culturel ou de mémoire… Trois tables rondes et une question de fond qui revient en filigrane : comment faire du tourisme un levier de croissance en conciliant des intérêts souvent tellement différents ?

 

  Actualités 2014