Enquête Heineken/Ifop : 75% des Français et des maires estiment que le café est un moteur de la vie économique

Publié le 27/11/2014 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionnelle-licences4

Alors que le nombre de cafés continue de diminuer, les Français et les maires reconnaissent aujourd'hui l'impact positif de cette activité sur la vie d'une commune en zone rurale.

Heineken a présenté hier sur le salon des Maires et des Collectivités locales, qui se tient Porte de Versailles, les résultats d'un sondage Ifop réalisé auprès de 400 maires de communes rurales et de 1 500 français, sur le thème: Les maires, les CHR et la revitalisation économique des territoires. Quel est le rôle du café ? Comment est-il perçu alors que le nombre d'établissements continue son inlassable chute ? Aujourd'hui : « 1 élu sur 4 a connu la fermeture du dernier café de sa commune » ; une disparition des cafés en zone rurale jugée « inquiétante » pour 85% des Français.  En effet, le bistrot, que ce soit aux yeux des élus ou du grand public, représente « un facteur décisif de dynamisation économique des territoires » souligne Damien Philippot, directeur des études politiques de l'Ifop. 49% des élus, dont 1 maire sur 2 en milieu rurale, reconnaissent d'ailleurs « avoir mené des actions pour favoriser l'installation ou le maintien d'un café » (…). Parmi les actions mises en oeuvre, un tiers des municipalités a cherché à promouvoir la visibilité d'un établissement pour le rendre plus attractif et assurer sa survie. Près d'1 mairie sur 5 est intervenue très concrètement pour permettre la survie d'un café, à travers la création ou le rachat d'un établissement ou même une aide financière directe ou indirecte ». Cette crise du secteur est désormais mal vécue par les deux populations interrogées. « La capacité d'une commune à garder ou à attirer des habitants est conditionnée par l'existence d'un café pour 3 Français et maires sur 4 » et plus de 90% des élus reconnaissent que « la présence d'un café contribue au lien social dans la commune». En 2010, une précédente étude montrait que 20% des Français fréquentaient au moins une fois par semaine un café, or, ce chiffre est descendu à 16%. Une baisse de fréquentation qui s'explique bien sûr par de nouveaux comportements mais également par l'absence totale de cafés dans certaines zones. Pour 85% des Français, les élus devraient favoriser cette activité au sein de leur village ou commune. Quant aux élus, ceux-ci se disent favorables à des aides émanant d'autres secteurs. « Selon eux, les entreprises de boissons ont un rôle à jouer dans la formation et la professionnalisation des gérants d'établissements, le soutien à l'entreprenariat, l'optimisation de la rentabilité, l'innovation (matériel, qualité du service) et à la réduction des impacts environnementaux ». La question n'était pas anodine, le système de cautions simples ou solidaires mis en place par Heineken France à destination des gérants et futurs gérants, s'avère très utile face aux banques. L'encours s'élève actuellement à 200 millions d'euros.

 

  Actualités 2014