Les propositions de Booking.com considérées comme trompeuses par les syndicats

Publié le 12/01/2015 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionnel-licences4

Le 15 décembre dernier, l'Autorité de la concurrence a publié un communiqué indiquant que les hôteliers "pourront désormais mettre Booking.com en concurrence avec les autres plateformes, gage d'une baisse future du montant des commissions ». L'organisme résume le dossier de la manière suivante : « Dans le cadre d'une procédure ouverte devant l'Autorité de la concurrence par les principaux syndicats hôteliers français, Booking.com s'engage à supprimer la clause de parité tarifaire qui interdit aux hôteliers recourant aux services de Booking.com de pratiquer des prix de nuitées plus bas sur les autres plateformes de réservation en ligne. Les engagements proposés permettraient ainsi aux hôteliers référencés sur Booking.com de proposer librement des chambres à des prix différents sur les différents sites de réservation hôtelière. Ils pourraient notamment faire varier les prix en fonction des conditions qui leur sont appliquées par les différentes plateformes. Booking.com propose d'élargir cet engagement à l'ensemble des pays de l'Espace économique européen. Pour mémoire, sept autorités de concurrence en Europe (France, Allemagne, Suède, Royaume-Uni, Italie, Autriche, Irlande) ont ouvert des cas concernant les plateformes de réservation hôtelière. Sous l'égide de la Commission européenne, les autorités nationales ont mis en place une coopération renforcée afin d'harmoniser le traitement des dossiers. La France, la Suède et l'Italie sont les chefs de file de cette coopération. L'Autorité de la concurrence française a ainsi travaillé étroitement avec ses homologues suédoise et italienne ainsi que la Commission européenne lors des discussions menées avec Booking.com. L'Autorité de la concurrence, à l'instar de ses homologues suédoise et italienne, lance aujourd'hui une consultation auprès des acteurs du secteur (test de marché) afin de déterminer si cette proposition d'engagements est suffisante pour remédier aux préoccupations de concurrence qu'elle a identifiées. » Cette consultation est ouverte jusqu'au 31 janvier.

Pas question de crier victoire pour les syndicats professionnels. En fin d'année, l'Umih s'est très vite inquiétée du message relayé par les médias qui concluait que Booking.com s'engageait à supprimer la clause de parité tarifaire. Faux a affirmé l'Umih, ajoutant : « sur le fond, Booking.com propose, outre le maintien des autres clauses de parité de disponibilité et d'offre, une clause de parité restreinte qui s'imposerait aux hôteliers ; cela ne leur redonnerait donc pas le contrôle de leur politique commerciale». 

L'Umih a donc appelé les professionnels à la prudence et au recul. « Nous regrettons la communication qui a été rapidement faite, notamment par des intervenants qui sont de partie pris. La proposition d'engagements est soumise à enquête publique jusqu'à fin janvier (31) où chacun est invité à réagir (plaignants, mis en cause, tiers, consommateurs, etc.). Une fois les diverses réactions analysées, le collège de l'Autorité de la concurrence rendra sa décision (validation ou invalidation des propositions). Si le collège valide cette proposition, la décision de l'Autorité rendra les engagements obligatoires pour Booking dans un calendrier non encore défini. Cependant, Booking a prévu dans ses engagements d'ajouter un délai de 6 mois suivant la date de notification de l'Autorité pour les mettre en oeuvre.  Nous sommes préoccupés par cette communication car nos clients vont se sentir trompés en croyant que cela s'applique dès aujourd'hui. »

Le Groupement national des indépendants parle lui aussi de tromperie alors que la période de consultation bat son plein. Les propositions sont « déconnectées des préoccupations du secteur hôtelier » martèle-t-il, en réaffirmant sa position : « la suppression de la clause de parité des disponibilités et  de la clause d'utilisation illimitée, gratuite et mondiale de la marque/du nom de l'hôtel sont des préalables à toute procédure d'engagement ».

Le GNI dénonce également une manipulation des consommateurs. « Booking.com propose de continuer à utiliser son argument marketing phare, la garantie du meilleur tarif. Cette mention est totalement trompeuse pour le consommateur : les tarifs de l'hôtellerie évoluent constamment pour s'adapter à la demande. Comment booking. Com pourrait-il lui assurer qu'il dispose, pour toutes les dates et par rapport à tous les autres canaux de distribution de l'hôtel, du meilleur prix ? Mieux encore, comment pourrait-il continuer à prétendre qu'il dispose du meilleur tarif, alors qu'il propose de supprimer la parité tarifaire avec les autres canaux indirects de commercialisation de l'hôtel ? » .

 

  Actualités 2015