Pré-rapport en faveur de l'hôtellerie et le tourisme : "Nous étions bien là pour défendre la survie des entreprises" se félicite Roland Héguy

Publié le 28/01/2015 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionnel-licences4Le 21 janvier, nouvelle réunion du Conseil de promotion du tourisme qui présentait à Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères et du développement international, le pré-rapport sur l'hôtellerie, l'investissement, le tourisme d'affaires et de shopping. Quatre rapporteurs avaient été désignés : Thierry Hesse, président directeur général d'Unimev (rapporteur général), Laurent Plantier, directeur général d'Alain Ducasse Entreprise, Serge Trigano, président de Mama Schelter, et Roland Héguy, président confédéral de l'Umih. Au terme de la réunion, le dirigeant syndical s'est montré très enthousiaste. « Nous étions bien là pour défendre la survie des entreprises, prendre en main les distorsions commerciales qui pèsent sur le marché, revitaliser les territoires par les petits établissements… Il y avait un consensus total des rapporteurs sur les besoins et les moyens ». Roland Héguy s'est plus particulièrement attelé à la problématique hôtelière. « Nous avons cherché à favoriser un instrument de financement destiné à l'immobilier de tourisme, en canalisant l'épargne des particuliers vers un fonds dédié à toute l'hôtellerie. Je pense notamment aux 3 200 établissements qui ne sont pas classés et qui représentent 110 000 chambres. Il faut leur trouver des leviers d'investissements. Je pense aussi aux difficultés de transmission, qui sont grandes dans notre pays. Ce tourisme 2020 que nous dessinons n'aboutira pas si nous ne réglons pas le problème des petits établissements hôteliers qui participent pleinement à l'équilibre des territoires.» Sur les 12 propositions présentées, le patron de la rue d'Anjou s'arrête tout particulièrement sur ces deux mesures : réduire les contraintes réglementaires pesant sur les établissements et assurer l'équité entre les différents types d'hébergements. Concernant l'accessibilité, par exemple, « il est proposé de raisonner au sine d'une 'place' ou zone touristique pour imposer un équipement suffisant au niveau d'un groupe d'hôtels plutôt qu'établissement par établissement ». Ou encore sur les locations meublées : « une soumission à la TVA dès le premier euro des sommes touchées par les particuliers est préconisé. Ca rejoint une demande forte de l'Umih comme vous le savez ». D'autres pistes sont évoquées comme la création d'un label pour les petits établissements, qui font à la fois hôtels, restaurants, cafés, et « qui pourrait s'intituler l'auberge française. La création d'une sixième catégorie d'hôtels pour les établissements inférieurs à 12 chambres est aussi envisagées, afin qu'ils bénéficient d'une réglementation plus adaptée à leur fonctionnement ». Didier Chenet, président du GNI, qui est également membre du Conseil de promotion du tourisme et qui a participé à des auditions, « la voix des indépendants a été prise en compte. Ce pré-rapport montre aussi que la profession parle d'une même voix. Personnellement, je retiens deux propositions majeures : exonération des frais de succession en cas de succession à un membre de sa famille lorsqu'il s'engage à maintenir l'activité de l'hôtel et les salariés au moins douze mois. Il impératif de facilité la transmission familiale des petites entreprises ». Et « la mutualisation de l'accessibilité, qui ne serait effectivement plus appréciée au niveau de l'établissement mais sur la destination. » Prochaine rendez-vous du Conseil de promotion du tourisme au Quai d'Orsay le 18 février sur le thème de l'hospitalité, des médias et de la communication.

 

  Actualités 2015