L'Umih réitère son opposition à toute représentation salariale dans les entreprises de moins de 11 salariés

Publié le 26/02/2015 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionnel-licences4Alors que le premier ministre, Manuel Valls, reçoit aujourd'hui, mercredi 25 février, les partenaires sociaux qui n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur l'avenir du dialogue social, l'Umih, rappelle son « opposition totale à toute représentation salariale dans les entreprises de moins de 11 salariés ». Elle l'a fait savoir dans un courrier adressé à Jean-Pierre Crouzet, Président de l'UPA, à  Pierre Gattaz, Président du Medef et à François Asselin, Président de la CGPME. Pour l'Umih, pareille mesure « engendrera  de nouvelles lourdeurs administratives et, inévitablement, de nouveaux contentieux » et elle créera des contraintes, agissant négativement sur l'emploi, là où le dialogue entre le chef d'entreprises et ses salariés fonctionne et de manière « simple et directe ». L'organisation estime également que « de telles prérogatives finiront pas empiéter sur les missions et l'action des branches professionnelles ». L'Umih ajoute : « La priorité des petites entreprises à l'heure actuelle n'est pas le sujet de la représentation extérieure. La préoccupation majeure des chefs d'entreprise est d'honorer les salaires de ses salariés et les prestations de leurs clients. »

 

  Actualités 2015