Horaires de fermeture des bars à Lille : l'Umih et le Sneg & Co continuent le combat

Publié le 01/10/2015 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionnel-licences4

Déboutés par le tribunal administratif, les deux syndicats ont décidé de faire appel, portés par des adhérents qui ont vu leur chiffre d'affaires chuter depuis neuf mois.

De 5 à 40 % du chiffre d'affaires en moins, des emplois perdus, l'attractivité de la nuit lilloise en berne : neuf mois après la décision unilatérale de la maire, Martine Aubry, de ne plus autoriser les dérogations de fermeture tardive à Lille quatre jours sur sept, la situation des 96 débits de boissons adhérents des deux syndicats de la ville s'est fortement dégradée, aux dires de Thierry Grégoire, président de la branche des saisonniers de l'Umih et président de l'Umih Nord-Pas-de-Calais, et de Gérard Siad, président du Sneg & Co qui voient là leurs prédictions se réaliser. 

Pourtant, le tribunal administratif vient de débouter leur recours déposé au printemps dernier. "Le juge n'a pas traité le fond mais la forme en affirmant l'irrecevabilité de l'Umih alors que nous sommes le plus gros syndicat de la profession", tonne Thierry Grégoire. "C'est incroyable, commente Rémi Calmon, directeur du Sneg & Co. Surtout quand on se souvient que la mairie de Lille était exemplaire dans la démarche de gestion de la vie nocturne". Ils s'insurgent contre cette "véritable punition collective" de la profession alors qu'il existe de quoi donner des sanctions individuelles, au cas par cas. "On peut procéder autrement, il y a tout l'arsenal juridique", insiste Rémi Calmon. Les deux syndicats font donc appel de la décision du tribunal administratif.

 

  Actualités 2015