Congrès de l'Umih : les attentats et l'économie collaborative au coeur des débats

Publié le 30/11/2015 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

juridique-licences4

Martine Pinville, la secrétaire d'état au tourisme est venue apporter son soutien aux professionnels en présentant les mesures mises en place pour les accompagner suite aux attentats. Mais aucune mesure pour lutter contre l'économie collaborative.

Roland Héguy, président confédéral de l'Umih tient à saluer l'action de la ministre pour son soutien au statut d'artisan cuisinier, qui a permis de voir la création du code NAFA 56.10AP sous l'appellation « fabrication culinaire artisanale de plats à consommer sur place » qui permettra une meilleure reconnaissance du métier de cuisinier. Il en appelle aussi à la ministre pour assouplir la nouvelle réglementation en préparation relative à l'affichage des contrôles d'hygiène pour les restaurants et faire entendre le point de vue des professionnels auprès des membres du gouvernement et plus particulièrement du ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll. Si la profession n'est pas contre une telle transparence, en revanche elle en conteste les modalités. Autre sujet de doléance, constituant le thème principal de ce congrès « Nouvelle économie : enjeux et règles du jeu ». Roland Héguy dénonce cette nouvelle forme de concurrence avec dans l'hébergement les plateformes internet de location de meublés de courte durée ou pour la restauration, les diners payants chez l'habitant. Il demande que l'Etat crée très rapidement les conditions réglementaires et fiscales pour retrouver une équité entre cette nouvelle économique et le secteur traditionnel. 

Les mesures pour soutenir le secteur

La secrétaire d'Etat au tourisme, est venue rappeler aux professionnels que le gouvernement était mobilisé pour permettre une reprise de l'activité économique et accompagner les hôteliers et restaurateurs suite aux attentats avec une série de mesures. 

Bpifrance, la banque publique d'investissement se mobilise pour soutenir le secteur hôtelier. Les entreprises hôtelières victimes de baisses de fréquentation importantes suite aux attentats pourront demander la suspension pour six mois, du remboursement des prêts en cours par Bpifrance. 

Pour le secteur de la restauration, la secrétaire d'Etat fait part de son souhait de mobiliser le Fonds de modernisation de la restauration qui dispose d'une enveloppe de 40 millions d'euros. (Fonds qui a été alimenté par les restaurateurs pendant trois avec une cotisation de 0,12% de leurs chiffres d'affaires solide). Il devrait être utilisé pour financer des investissements de sécurité, ainsi qu'une campagne de communication.

En ile de France, le préfet de région a demandé aux services de l'état de faire preuve de bienveillance et de réactivité face aux difficultés rencontrées par les entreprises qui  demandent un étalement et un aménagement des échéances de leurs versements.

Le RSI Ile de France, invite les indépendants touchés par les attentats à faire part de leurs difficultés et leur permettre de bénéficier d'aide sociale ou d'une prise en charge de totale de cotisation qui pourra aller jusqu'à 3 à 6 mois et ce sans remboursement.

Quant à l'économie collaborative, la secrétaire d'Etat a annoncé « Le gouvernement serait le garant d'un ordre économique équitable face aux nouveaux acteurs de l'hôtellerie et de la restauration. Je veux protéger l'existant, tout en permettant à chacun de saisir opportunité offerte par cette nouvelle économie. » Une réponse qui a fortement déçu les participants qui attendaient des annonces pour lutter contre l'ubérisation de leur secteur d'activité.

 

  Actualités 2015