Tour de table informel entre Alain Juppé et l'Umih

Publié le 02/05/2016 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionnel-licences4Alors que la rue d'Anjou prépare actuellement un livre blanc en dix points à destination des prochaines élections présidentielles, Roland Héguy, président confédéral de l'Umih, accompagné des dirigeants de branches et des syndicats associés, ont entamé la semaine dernière une série de rencontres avec les candidats déclarés. Alain Juppé a été le premier à répondre à l'invitation des professionnels qui ont « apprécié » la liberté le ton et de parole qui a prévalu durant ce déjeuner. Sur le haut de la pile, les dérives du collaboratif bien sûr. Les revendications se résument à une phrase : « que nous puissions travailler à armes égales ». Même si des avancées ont eu lieu et que l'Euro a mis sous les projecteurs le débat sur la collecte de la taxe de séjour « le match n'est pas encore gagné ». Le maire de Bordeaux, qui est aussi le représentant des municipalités qui accueillent les Championnats,  a d'ores et déjà annoncé qu'il partageait la préoccupation des professionnels dans ce domaine. Hôteliers et restaurateurs ont également fait part de leur ras-le-bol concernant la multiplication des normes. « Nous sommes très loin de la simplification administrative annoncée. Or, ce poids pèse lourd sur les épaules des petites entreprises, qui ne s'en sortent plus ». L'activité est mauvaise et les problèmes de trésorerie sont graves. Les investissements sont freinés, voire gelés à Paris. Laurent Fabius, lorsqu'il était au Quai d'Orsay, a donné la parole au tourisme. Tout ce qui a été entamé doit être poursuivi. Roland Héguy estime qu'il faut d'ailleurs que les acteurs se donnent des objectifs : « gagner un point ou un demi-point de PIB d'ici à trois ans nous paraît faisable. Mais des leviers doivent être actionnés, qui demandent de la volonté et des moyens. Le tourisme a besoin d'une vraie gouvernance et sur la durée ». L'extrême frilosité des banques a également été évoquée. « Celles-ci ne jouent plus le jeu depuis un certain temps. Il est très difficile pour un jeune de reprendre une affaire. Est-ce normal ? » C'est d'ailleurs la nécessité de redonner confiance aux petites et moyennes entreprises, aux patrons comme aux salariés, qui aura le plus marqué la discussion. 

 

  Actualités 2016