Les acteurs du tourisme s'insurgent contre le projet de taxation des aides aux vacances versées par les CE

Publié le 11/05/2016 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionnel-licences4Alors que les députés doivent discuter cette semaine de l'amendement déposé par le député de l'Ariège, visant à taxer les aides aux vacances versées parles comités d'entreprise aux salariés et aux retraités, l'Umih, Les Entreprises du Voyage (voyagistes), le Seto (tours opérators), l'Unat (tourisme social et solidaire), l'Unosel (séjours linguistiques) et le CEAG (agences groupistes) s'élèvent ensemble contre ce projet.  « Cette initiative parlementaire pourrait prêter à sourire, en plein 80è anniversaire de l'instauration des congés payés par le Front Populaire et à l'heure où le Président de la République a érigé le tourisme en priorité nationale. Sauf que la menace est très sérieuse » indique le communiqué. Le président des Entreprises du voyage, Jean-Pierre Mas, a d'ores et déjà dénoncé le « caractère antisocial » de l'amendement auprès de la secrétaire d'Etat au commerce, Martine Pinville et du secrétaire d'Etat à la promotion tourisme, Matthias Fekl.  « Le droit aux vacances est un acquis social, qui est loin d'être réalisé : une famille sur deux et un enfant sur trois ne partent jamais en vacances. La mission des comités d'entreprise est capitale pour concrétiser l'ambition des vacances pour tous. Soumettre les aides aux vacances aux prélèvements sociaux et fiscaux serait aussi renoncer à l'effet multiplicateur procuré par la contribution des CE sur les dépenses touristiques » observe-t-il.  Si la mesure voyait le jour, celle-ci, ajoute René-Marc Chikli, président du Seto, « aurait pour effet de détruire des emplois ». De nombreux acteurs du tourisme, que ce soient les hébergeurs, les transporteurs ou les associations sont en effet « tributaires des aides aux vacances versées par les Comité d'entreprise » rappelle-t-il.

 

  Actualités 2016