L'efficacité des engagements pris par Booking.com en 2015 n'est pas démontrée

Publié le 13/02/2017 par Daniel DUDREUIL :: Cabinet Licences 4

professionnel-licences4Il y a deux ans, dans le cadre d'une procédure ouverte devant l'Autorité de la concurrence par les organisations patronales et le groupe Accor, Booking.com s'était engagé à modifier ses pratiques commerciales ; des engagements pris pour une durée de 5 ans. L'Autorité de la concurrence vient de publier un bilan à mi-parcours qui ne confirment, ni infirment, l'efficacité des mesures. L'évaluation a été rendue difficile par le « caractère atypique des saisons touristiques 2015 et 2016 » indique l'Autorité de la concurrence. L'adoption de la Loi Macron sur les contrats de mandat, intervenue en août 2015, a également modifié la donne. Ainsi, les éléments recueillis sur le développement de la concurrence entre OTA, les taux de commissions (pas de baisse constatée toutefois) et l'évolution de l'offre hôtelière ne sont pas suffisamment significatifs pour l'Autorité qui annonce cependant qu'elle « restera particulièrement vigilante sur l'état de la concurrence » et qu'elle « n'exclut pas de s'autosaisir si l'évolution concurrentielle du secteur le nécessite ». Les organisations professionnelles ont réagi à la publication du texte en campant sur leurs positions. « La version Booking.com 2017 est bien différente de la version 2013, à l'origine de la saisine de l'Autorité, mais continue d'être anticoncurrentielle » estime Roland Héguy, président confédéral de l'Umih. « En se donnant l'opportunité de s'autosaisir, l'Autorité reconnaît qu'il est nécessaire de ne pas baisser la garde et de surveiller les pratiques anticoncurrentielles de Booking.com qui ne cessent d'évoluer au-delà des clauses de parité dont on sait qu'elles sont illégales » analyse-t-il. Le GNI, de son côté, après lecture « regrette » clairement « l'absence de mesures coercitives à l'encontre des pratiques, pourtant assurément anticoncurrentielles, des plateformes, notamment en ce qui concerne le cryptage des e-mails, la parité dans les contrats 'preferred' et les modalités de classement des établissements ». Avant d'entamer de nouvelles analyses, l'Autorité a indiqué qu'elle attendait les résultats des travaux sur les pratiques des plateformes effectués actuellement à l'échelon européen.

 

  Actualités 2017